open menu

Er kriseberedskapen på sykehjemmene våre god nok?

Diane Berbain – Nestleder utvalget for helse og sosial i bystyret i Bergen (SV) Over halvparten av korona-dødsfallene i Norge har skjedd på sykehjem. Tirsdag 5. mai passerte Bergen 30 koronadødsfall, 26 av disse var sykehjemsbeboere. Metodisthjemmet i Bergen er det sykehjemmet i Norge som er hardest rammet av koronaviruset, der 18 av 46 beboere […]

Diane Berbain – Nestleder utvalget for helse og sosial i bystyret i Bergen (SV)

Over halvparten av korona-dødsfallene i Norge har skjedd på sykehjem. Tirsdag 5. mai passerte Bergen 30 koronadødsfall, 26 av disse var sykehjemsbeboere. Metodisthjemmet i Bergen er det sykehjemmet i Norge som er hardest rammet av koronaviruset, der 18 av 46 beboere døde etter påvist smitte. En rapport fra fylkesmannen som gransket det private sykehjemmets håndtering av covid-19-utbruddet ble offentliggjort den 7. mai. Til tross for et alvorlig høyt antall døde, slo rapporten fast at hjemmet drives forsvarlig, det vil si at sykehjemmet har gjort det meste «etter boken». Spørsmålet er nå om vi må se nærmere «på boken».

Det er lite som tyder på at de ansatte ved Metodist-sykehjemmet ikke har gjort det de kunne for å beskytte sine beboere. At det gikk så galt må ha vært en umåtelig stor påkjenning for alle involverte. Når utfallet er så fatalt, må tiden være inne for etterpåklokskap – ikke minst ettersom tragedien på metodistsykehjemmet ikke er et særtilfelle. Det er behov for en grundig gjennomgang av hvordan vi kan beskytte de meste sårbare eldre i fremtiden.

I følge Anne-Sophie Pelletier, som sitter i EU-parlamentet for SVs franske søsterparti France Insoumise, må regjeringene ansvarliggjøres for en skrøpelig beredskap. Hun peker på at bedre planlegging, forberedelser og tiltak i forkant av den varslede korona- krisen burde være mulig å gjennomføre. Franske myndigheter var ikke engang ferdig med beredskapsplanen etter svineinfluensaen, og helsepersonell jobber nå på spreng uten oppdaterte beredskapsplaner. Etter hetebølgen i 2003 som endte med 19.000 dødsfall blant eldre, fikk man en brutal påminning om forholdene på sykehjemmene, og raskt startet man med oppussing og oppgradering av franske sykehjem.

Det er en sammenheng mellom krisen i 2003 og korona-krisen idag. Mangel på smittvernutstyr og personell, lav testkapasitet rammer eldre hardt – ikke bare i Norge, men i mange land. Direktoratet for samfunnsberedskap varslet i fjor om at pandemi og legemiddelmangel var de største truslene mot Norge. Likevel har vi i dag en marginal produksjon av legemidler, lav selvforsyningsgrad, og mangler grunnleggende smittevernutstyr. Svekket, medisinsk beredskap – har sammenheng med vår samtykkende avhengighet til internasjonale markeder. De globale verdi- og forsyningskjedene gjør oss sårbare i en krisesituasjon.

Prioritering av samfunnssikkerhet er avhengig av bevisste politiske valg. I Bergen har vi i SV etterlyst bedre arbeid med beredskap i flere omganger, men forslagene er konsekvent blitt avfeid. I 2017 ba vi om bedre informasjonstilgjengelighet ved krisesituasjoner. Byrådet mente da at alt var satt i stand og klart til aksjon ved behov. I rapporten fra Metodist-sykehjemmet forteller en ansatt at de 18. mars fikk beskjed fra Bergen kommune om rasjonering av smittevernutstyr, og at de kun fikk bruke smittevernutstyr ved mistenkt eller bekreftet covid-19-smitte, og ikke i opplæringsøyemed (s. 9). Når det samtidig står i rapporten at «Symptomer på smitten var ukarakteristiske og svært vanskelig å oppdage på beboere.» og at «Smitten ofte er symptomfri, både hos pasienter og ansatte» (s.2). Så må det være lov å påpeke at knapphet på smittevernutstyr faktisk har vært en problemstilling av betydning ved Metodistsykehjemmet – og dette er et beredskapsproblem og et politisk ansvar.

I Frankrike kan Pelletier fortelle om ansatte som er stolte av å jobbe i et nyttig yrke, men at det hender at de føler skyld for å ikke kunne gjøre jobben sin godt nok. En annen sykepleier forteller om pasienter som har få symptomer, men som dør bare etter noen timer. Når Covid-19 -smitten kommer til franske sykehjem, er det en estimert dødelighet på over 30%. Situasjonen i og rundt mange sykehjem er uholdbare i Frankrike, det kan vi også si om forholdene på Metodistsykehjemmet. De ansatte der forteller om en utfordrende pleiesituasjon, hvor det kun var tid til det aller viktigste. De pårørende ble nektet adgang fra midten av mars. Da er det spesielt sårt å lese i rapporten at noen av de korona-syke sykehjemsbeboere døde uten å ha noen hos seg i dødsøyeblikket.

I Norge er det godt dokumentert at eldre syke blir nedprioritert i statlig -og kommunalt helsearbeid, sist gjennom en kunnskapsbasert rapport fra Senter for omsorgsforskning (oktober 2019), på oppdrag fra Helse -og omsorgsdepartementet. I mars 2019 mottok eldreminister Åse Michaelsen en rapport fra Norges institusjon for menneskerettigheter. Den konkluderte med at det var en rekke områder hvor eldres menneskerettigheter på sykehjem og i hjemmetjenesten sto i fare for bli brutt. Vi har lenge vært klar over at Covid-19 rammer eldre og syke hardest, men når halvparten av dem som dør likevel er sykehjemsbeboere har vi ikke lykkes i beredskapsarbeidet.

Suksesskriteriet for smittevern – må være at vi lykkes i nettopp å verne de aller meste sårbare mot smitte – ikke (ene og alene) at man har fulgt boken!

La préparation aux situations d’urgence dans nos ehpad est-elle suffisante?

Diane Berbain – Vice-présidente de la commission de la santé et des affaires sociales de la mairie de Bergen (pour le parti Sosialistisk Venstreparti, équivalent France Insoumise)

Plus de la moitié des décès suite au covid-19 en Norvège sont survenus dans les ehpad. Le mardi 5 mai, on recensait 30 décès suite au virus dans la ville de Bergen, la seconde ville du pays (280.000 habitants). 26 de ces victimes résidaient en ehpad. L’ehpad des Méthodistes de Bergen était le pire foyer de Norvège du coronavirus, où 18 résidents sur 46 sont désormais décédés des suites d’une infection confirmée. L’ARS du comté qui a examiné la façon dont l’ehpad privée a géré l’épidémie du Covid-19 a été publié le 7 mai. Malgré un nombre de décès très élevé, le rapport a conclu que tout avait été géré correctement, c’est-à-dire que la maison de retraite a tout fait selon les règles, mais la question est de savoir si nous ne devons pas revoir ces «règles».

Il y a peu de preuves que le personnel de l’ehpad n’ait n’a pas fait ce qu’il pouvait pour protéger leurs résidents. Le fait que cela ait si mal tourné a dû être un immense fardeau pour toutes les personnes impliquées. Mais, suite à une issue aussi fatale, il est temps de prendre du recul – notamment parce que la tragédie dans l’ehpad des Méthodistes n’est pas un cas unique. Il est nécessaire d’inspecter la façon dont nous pouvons protéger  au mieux les personnes âgées les plus vulnérables à l’avenir.

Selon Anne-Sophie Pelletier, qui est membre du Parlement européen pour France Insoumise, le parti frère de Sosialistisk Venstreparti, les gouvernements doivent être tenus responsables de la faiblesse des mesures devant l’état d’urgence en ehpad. Elle a souligné qu’il faut une meilleure planification, des mesures et des actions préparées avant la crise avertie du covid, choses parfaitement possibles. Mais les autorités en France n’avaient même pas terminé le plan d’urgence après la grippe porcine, et les professionnels de la santé travaillent maintenant d’arrache pied sans plan d’urgence mis à jour. Après la canicule de 2003, au cours de laquelle 19 000 personnes âgées sont décédées, cette catastrophe a rappelé brutalement à la Franceles difficultés rencontrées dans les ehpad,  et om commanca à investir dans leur rénovation et leur modernisation. Néanmoins, on voit un lien entre la crise de 2003 et la crise du covid-19 aujourd’hui. Le manque d’équipement de protection contre les infections et de personnel, la faible capacité de tests frappent durement les personnes âgées – pas seulement en Norvège, mais dans de nombreux pays.

La Direction norvégienne de la protection civile a prévenu l’année dernière que les pandémies et les pénuries de médicaments étaient les plus grandes menaces auxquelles la Norvège risquait d’être confrontée. Néanmoins, nous avons aujourd’hui une production marginale de médicaments, une faible autosuffisance et un manque d’équipement de base pour le contrôle des infections. Notre préparation médicale en cas de crise est très affaiblie, et est liée à notre dépendance consentante aux marchés internationaux. Les chaînes de valeur et d’approvisionnement mondiales nous rendent vulnérables en cas de crise.


Faire de la sécurité de la société une priorité dépend de choix politiques conscients. À Bergen, j’ai réclamé avec mon parti à plusieurs reprises à un meilleur travail sur la préparation aux situations d’urgence dans notre commune, mais les propositions ont toujours été rejetées. En 2017, nous avons exigé un meilleur accès à l’information pour la population dans les situations de crise. Le conseil municipal a alors estimé que tout était en place et que les autorités étaient prêtes au passage à l’action en cas de besoin. Dans le rapport de l’ARS sur la situation dans l’ehpad méthodiste un employé y raconte que la municipalité de Bergen avait informé le 18 mars qu’il y avait un rationnement de l’équipement de protection contre les infections, et qu’ils pouvaient seulement utiliser ce matériel en cas d’infection confirmée par le Covid-19, ou en cas de doute, et non en formation aux mesures préventives. Dans le même temps, quand le rapport indique que «les symptômes de l’infection étaient inhabituels et très difficiles à détecter chez les résidents», et que «L’infection ne présente souvent aucun symptôme, tant chez les patients que chez le personnel», on peut se permettre de souligner que la rareté de l’équipement de protection contre la contamination a en fait été une problématique d’importance dans cet ehpad – et c’est un problème gestion de crise, et une responsabilité politique.

En France, Anne-Sophie Pelletier parle d’employés fiers de leur métier et d’avoir une profession utile, mais il arrive qu’ils aient mauvaise conscience de ne pas pouvoir faire leur travail assez bien. On peut aussi lire dans les médias francais les récits d’infirmières qui sont face à des patients qui présentent des symptômes du virus, et qui disparaissent en quelques heures. Quand le Covid-19 arrive dans un ehpad français, le taux de mortalité est estimé à plus de 20-30%. La situation dans de nombreux ehpad est intenable en France, on peut dire la même chose sur les conditions de l’ehpad des méthodistes. Des employés font le récit d’une situation de soins difficile, où il n’y a du temps que pour l’essentiel. Les proches se sont vu refuser l’accès dans les ehpad norvégiennes depuis la mi-mars. Il est particulièrement difficile de lire dans le rapport que certains des résidents de l’ehpad sont morts sans que personne ne les ait accompagné jusqu’au moment de leur décès.


En Norvège, il est bien documenté que les personnes âgées malades ne sont pas prioritaires dans le secteur de la santé au niveau national et municipal, ce qu’affirme encore récemment un rapport du Centre de recherche sur la Santé (octobre 2019), remis au ministère norvégien de la Santé. En mars 2019, la ministre de la Santé Åse Michaelsen a reçu un rapport de l’Institut norvégien des droits de l’homme. Il a conclu qu’il y avait un certain nombre de points où les droits de l’homme des personnes âgées dans les ehpad et dans les services à domicile étaient sur le point d’être violés. Nous réclamons au parlement un passage en revue de la situation dans tout le pays, mais la demande est rejetée. Nous sommes conscients  que le Covid-19 atteind les personnes âgées et les plus malades le plus durement, mais quand la moitié d’entre eux sont des résidents d’ehpad, alors il faut admettre que nous avons failli aux mesures d’urgence. Le critère de  réussite pour la limitation de la progation du virus – devrait être que nous parvenions à protéger ceux qui sont le plus sujets à contamination. Et pas seulement le fait de réussir à «suivre les règles»! 



Del dette